Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie

La 4ème de couverture : 

« Je ne t’aime plus. »
Il aura suffi de cinq mots pour que l’univers de Pauline bascule.
Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s’écouler en attendant que la douleur s’estompe. Jusqu’au moment où elle décide de reprendre sa vie en main.
Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer.
Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire resurgir les secrets les plus enfouis.


Avec une extrême sensibilité et beaucoup d’humour, Virginie Grimaldi parvient à faire revivre des instantanés de vie et d’amour et nous fait passer du rire aux larmes. Une histoire universelle.

Ce que j’en ai pensé : 

Virginie Grimaldi fait maintenant partie de ces auteurs qu’on s’arrache. Qu’on soit éditeur ou lecteur. Ses histoires sont toujours empreintes d’universalité qui permet à chacun de se retrouver dans les destins de ces personnages.

Ici encore, on ne peine pas longtemps à se mettre à la place de Pauline. Virginie Grimaldi nous jette tout de suite dans le grand bain du désarroi dans lequel patauge son héroïne. Son mari est parti et elle ne ne comprend pas. Ne l’accepte pas. Pour elle, c’est tout simplement in-con-ce-va-ble.

Tout au long des presque 500 pages (que j’ai dévorées en moins de 24 heures avec 2 enfants dans les pattes et des invités à la maison !), on découvre, du point de vue de Pauline, des fragments de la vie construite par les deux personnages. Ces petits moment du quotidien qui font qu’on n’est plus seulement « toi+moi » mais « nous ». Ces détails qui nous font décider que ce sera lui, elle, et pas quelqu’un d’autre. Que c’est avec cette personne là qu’on est prêt à faire le grand saut. Du couple, du mariage, de la parentalité.

Pauline envoie ces souvenirs d’amour à Ben dans l’espoir de ranimer ses sentiments. Mais, bien au-delà de ces brides de bonheur, remuer le passé ravive aussi son lot de douleurs. De non-dits. D’événements passés sous silence. Les regards se baissent, les voix se taisent, s’excusent. D’être là. D’être en vie. Encore.

Au milieu de tous les personnages si attachants de Virginie Grimaldi resurgissent des secrets si bien enfouis qu’on leur aurait cru oubliés ou n’ayant jamais existé. Et c’est pourtant grâce à eux que tous vont pouvoir accepter, pour avancer, pour se reconstruire. Parce que ce n’est qu’après avoir vécu un vrai drame qu’on sait apprécier la douceur de la vie. Parce que le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s