Déconnecter et se (re)connecter à soi

Ai-je besoin de déconnecter ?

Déjà, première chose, essayons de voir si tu es un digital addictQuelle est ta réponse aux 12 affirmations suivantes (questionnaire mis au point par le Dr James Roberts, de la Baylor University) :

  1. Le premier objet que je cherche au réveil est mon smartphone
  2.  Je pourrais rentrer chez moi alors que je suis en route pour mon travail afin de récupérer mon smartphone oublié
  3. J’utilise souvent mon téléphone quand je m’ennuie
  4. J’ai déjà fait semblant de répondre à des appels pour éviter des situations sociales gênantes
  5. Je me rends compte que je passe de plus en plus de temps sur mon smartphone
  6. Je passe plus de temps que je ne devrais sur mon téléphone
  7. Je deviens irritable lorsque mon smartphone est hors de portée
  8. J’ai déjà eu un moment de panique lorsque je pensais avoir perdu mon téléphone portable
  9. Je me suis déjà disputé(e) avec mon/ma conjoint(e), mes amis au sujet de l’utilisation que je faisais de mon téléphone
  10. J’utilise mon téléphone en conduisant ma voiture
  11. J’ai déjà essayé de freiner mon utilisation mais l’effort n’a pas duré très longtemps
  12. J’ai besoin de réduire mon utilisation mais j’ai peur de ne pas y arriver

Si tu as répondu « oui » à 8 affirmations ou plus, il est fort possible que tu sois un digital addict et que tu aies besoin d’apprendre à faire un break ! 

hands-1167618_1920-1030x590

Déconnecter, oui mais comment ?

Au travail

Le droit à la déconnexion est entré en vigueur le 1er janvier 2017 dans le cadre de la loi Travail dite « Loi El Khomri ». Il devrait permettre d’assurer le respect des temps « hors travail » ainsi que l’équilibre entre ta vie professionnelle et  ta vie privée.

Quand on travaille toute la journée sur un ordinateur, il est très facile de se laisser piéger par la valse des emails incessants, des coups de fils des collègues, voire même des SMS intempestifs. Si à celui tu ajoutes les passages impromptus de tout un chacun pour des « urgences » toutes relatives, impossible de se concentrer… ou même de travailler efficacement !

Pour ma part, travaillant dans l’administration publique, on ne peut pas dire que j’ai des « urgences » à régler. Tout au mieux peut-on parler d’imprévus… Donc voici 5 règles que j’applique et qui peuvent t’aider à déconnecter un temps.

  1. Je ne checke tes mails que 2 fois par jour (pense à prévenir tes collègues s’ils ont été habitué à des réponses instantanées de ta part) vers 11h30 et vers 16h. Cela me permet ainsi de traiter les questions qui le doivent avant de partir déjeuner ou de débaucher le soir
  2. J’ai des horaires de travail de bureau classiques ; je m’impose de ne pas consulter mes mails hors temps de travail ; le fait de vouloir impérativement savoir ce qui s’est passé, voire la peur d’avoir raté quelque chose (la tendance FOMO, Fear of missing out) ne traduit pas une conscience professionnelle aigue, mais dénote plutôt un présentialisme hérité d’une dictature de l’immédiateté
  3. Même si mon téléphone portable est avec moi (ayant des enfants en bas âge, j’ai besoin d’être joignable), je désactive la connexion 3G ou Wifi pour ne pas être dérangée par les notifications Facebook ou emails personnels
  4. Je fais mes pomodori en coupant mon explorateur Internet pour ne pas être tentée de me balader de pages en pages… ou de zoner sur Facebook !notepad-926046_1920-1030x687
  5. Je garde mon Bullet Journal (version pro) sous la main ce qui fait que si j’ai une idée qui me vient / quelqu’un qui vient m’interrompre avec une demande, je le note sur mon Bullet (dans une page dédiée « Brain Dump » et qui remplace tous mes posts-its) pour ne pas l’oublier mais je ne m’en occupe pas immédiatement pour ne pas perdre le fil de ce que je suis en train de faire

Tout ceci me permet de rester plus concentrée sur mon travail, qui commence toujours par mes 3 tâches les plus importantes pour mon service ; le reste de la journée me permet d’avancer d’autres dossiers moins prioritaires ou de traiter les demandes des autres services. Le fait de ne pas m’occuper du travail en dehors de mes horaires « présentiels » m’a permis de me libérer l’esprit afin d’être présente avec mes enfants, mon mari, mes amis…

Quelques chiffres clés

  • 37% des actifs utilisent les outils numériques professionnels hors temps de travail selon une étude Eléas (septembre 2016)
  • 62% des actifs réclament une régulation des outils numériques professionnels.

A la maison

Si déconnecter au travail peut parfois paraître ardu, à la maison, avec la sur-sollicitation, cela peut sembler impossible pour certains ! Voici pourtant 10 idées faciles à appliquer et qui te permettront d’être plus présent, plus attentif :

  1. « purifier » son smartphone (pas de notification, anti-spam et désabonnement des newsletters qu’on ne lit jamais)
  2. pas d’écran pendant les repas (cela inclut téléphone, tablette, ordinateur, télé !)
  3. pas d’écran au lit , voire même au moins 30′ avant le coucher (écran + lit = réduction de la libido et de la qualité des rapports intimes, perturbation du sommeil avec le dérèglement lié à la lumière bleue… bref, association désastreuse !)
  4. prendre 15 minutes deux fois par jour (voire plus, mais 2×15′ me paraît un minimum) avec ses enfants / son conjoint et être vraiment présent avec eux, corps et esprit (pas en train de penser au dossier du lendemain, ou à la liste de courses… et surtout pas en train de pianoter sur Facebook en faisant « hummm hummm »)
  5. prendre 10′ pour soi, en fin de journée, avec 5 minutes pour réfléchir et noter les petits plaisirs, les moments de gratitude, suivies de 5 minutes de méditation ou de respiration abdominalecampfire-1853835_1920-1030x687
  6. une fois par semaine, délaisser la télévision pour un livre, une discussion avec son amoureux, voire juste le plaisir de regarder un feu de cheminée ou les bulles de son aquarium
  7. au lever, plutôt que de se jeter sur son smartphone, prendre 5 minutes pour imaginer la plus belle des journées, la visualiser mentalement et réveiller doucement son corps
  8. dans les files d’attente, plutôt que de checker les réseaux sociaux, prendre le temps de regarder son environnement, les gens, sans juger, en simple observateur du moment présent
  9. dans la salle d’attente du docteur ou du dentiste, délaisser le téléphone, s’asseoir, laisser l’esprit se vider de toute pensée entêtante et écouter son corps
  10. se programmer une journée par mois en mode « avion », loin de tout le brouhaha des notifications en tout genre (et en profiter pour aller se balader, rencontre des amis déconnectés aussi, se chouchouter…)

Envie d’en savoir plus ? Écoutez le replay de l’excellente émission « Grand bien vous fasse » d’Ali Rebeihi sur France Inter (diffusée le 10/01/2017) 

https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/5b7dee3d-809a-40b3-86fe-dcf48aaaa735

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s